Mon histoire

Par le 18 juin 2019

Regardez maintenant ma belle famille grandir, par la seule grâce de Dieu. Certains peuvent penser que c’est de l’arrogance, d’autres que je ne vois qu’en Dieu les bonnes choses, et d’autres encore que ne sais-je… Mais moi, je ne fais que dire ce qui m’arrive. Moi, je suis loin d’être parfait, c’est vrai, je ne m’en vanterais pas. Les gens ne me connaissent pas, Dieu me connait et je sais qu’Il me connait. Je lui demande pardon et je lui demande de m’aider à grandir car sans lui je ne peux rien faire.

Moi je me souviens toujours d’où je suis venu, de la petite ville de Franceville (au Gabon) où Dieu m’avait déjà fait grâce d’avoir de bons parents qui m’ont bien éduqué. La correction de mon père m’a affermi sur le bon chemin, afin que je ne finisse pas dehors à fumer avec les autres voleurs dans la nuit. Que je ne devienne pas un braqueur de banque comme mes frères et moi nous nous y étions essayés. Notre père nous avait bien fait corrigé à la police. Ils nous ont bien bastonné, puis nous sommes rentrés à la maison. J’avais dit “plus jamais une telle souffrance et la crainte de la prison. Je veux vivre libre”.

Je me souviens toujours que quand je suis venu dans le grand pays de France, j’étais un blédar dont on se moquait. Certains disaient “petit malien” pour rire, me voilà beau gosse aujourd’hui grâce à Dieu. A cette époque ils n’avaient pas vu quelque chose, ils n’avaient pas fait attention à ce que Dieu m’avait donné un bon grand frère qui m’a mis sur le droit chemin à étudier la programmation et travailler à l’école d’ingénieur. Je me souviens que j’ai fait les cours du soir, tandis que le jour j’étais éboueur avec mon frère pour commencer à gagner mon propre salaire à la sueur de mon front. J’étais loin de ma tendre mère qui m’a toujours bien nourri.

La vie était assez difficile de se lever très tôt pour aller nettoyer les rues des crottes de chiens jusqu’à midi. Ouf, j’ai eu la grâce d’avoir mes après-midi pour méditer sur Dieu et prier. J’étais très croyant pour eux. Mes cousins et mes cousines de France me trouvaient bizarre, Gael le croyant qui parle de Dieu aux gens. Je n’allais pas en boite de nuit avec les autres car j’étais très croyant, pour moi c’était un repère de démons. Moi j’allais dimanche dans la petite église protestante avec des blancs et je m’entendais bien avec eux et j’ai même voyagé avec eux. Par là, Dieu me faisait la grâce d’apprendre un nouveau monde que les mecs de cité négligeaient. J’ai appris des blancs, leurs manières, leurs histoires, leurs vacances en Bretagne, leurs camping en été, leur séjour à la plage, leurs randonnées, leurs voyages à découvrir le monde… Tout cela était rendu possible à cause de cette forte croyance que j’avais quand je suis venu. Quand d’autres la négligeaient, elle m’ouvrait les portes vers un nouveau monde. C’était une forte croyance que Dieu m’avait fait la grâce de recevoir juste avant de quitter le pays, quand j’ai été baptisé dans la mer. Tout n’est que grâce dans cette histoire vous savez.

Et cette foi m’a aidé à tenir dans les moments difficiles, car j’entendais toujours la voix de mon Père me dire que l’humilité précède la gloire. Ensuite, je suis allé en BTS, je l’ai eu par la grâce de Dieu. A l’école informatique j’étais toujours avec les blancs ou les arabes. Alors j’ai appris le monde des arabes, leurs délires, nos discussions à la pause quand on parlait de religions. Ils me trouvaient intéressant et disaient que si j’étais musulman, je serais loin avec une telle pensée qui les surprenait venant d’un chrétien (prieur de Marie à leurs yeux). J’ai même connu leurs belles sœurs qu’ils cachent jalousement. J’ai appris de plusieurs mondes, j’ai cherché à connaître qui sont les musulmans, qui est Muhammad, alors j’ai lu l’histoire et le Coran. Cela m’a fait grandir dans ma foi car j’ai appris à chercher dans la Bible les références prophétiques et historiques. J’ai appris à étudier les Écritures, à remettre en question les croyances religieuses et à trouver la vérité dans la Bible. C’était par la grâce de Dieu.

Ensuite je suis arrivé en école d’ingénieur à Paris, j’ai eu ce haut diplôme de développeur par la seule grâce de Dieu car moi et l’école, c’était pas trop ça. Moi je préférais créer mes propres applications, mes propres sites, etc. C’est comme ça que j’ai appris par la passion et la seule grâce de Dieu. Puis un jeune entrepreneur blanc m’a apprécié et m’a pris dans sa jeune start-up de création de blogs, il a payé mon titre de séjour. Le blog faisait succès à l’époque du coup on a travaillé dessus. J’ai appris à créer des réseaux sociaux, des messageries, des fil d’actualité et ce genre de programmes, tout cela n’était que par la grâce de Dieu du départ.

Devenu professionnel, j’ai pris mon envol et j’ai rencontré des personnes qui m’ont poussé à m’envoler. J’ai même rencontré un gars qui m’a donné 900€ pour voyager. J’étais choqué mais il a vu que c’était un grand désir de mon coeur. Et puis je ne sais comment, par la grâce de Dieu j’ai pu réunir une bonne somme pour voyager seul jusqu’à Los Angeles. Là-bas, j’ai dû apprendre à vivre avec les noirs américains (j’étais seul français) et découvrir leur monde, leur façon de faire. J’ai découvert la pensée des américains, “Think big”! Revenu à Paris j’ai lancé mon propre projet et par la seule grâce de Dieu j’ai rencontré une fille qui m’a invité dans une église trop cool qui commençait à Paris. C’était Hillsong, l’église australienne trop cool. Là-bas, j’ai tellement appris en excellence, je leur dis merci.
Puis bcp de choses ce sont passés que ça en ferait un livre, que de la grâce de Dieu, jusqu’à aujourd’hui. Maintenant je suis entrepreneur, par la seule grâce de Dieu. Par la seule grâce de Dieu j’ai rencontré une merveilleuse femme qui m’aime tant, je suis béni. J’ai longtemps été seul célibataire rêvant de mon foyer, aujourd’hui, c’est par la seule grâce de Dieu que j’ai une famille, ma femme, mes enfants, notre foyer d’amour et de frottements aussi parfois ^^

Tout n’est que grâce dans ma vie, alors moi je ne peux que toujours chanter les louanges de Dieu. Je sais que je suis né pour dire ses louanges. Et moi, je ne peux pas lâcher sa main car Il tient ma vie pour mon bonheur. Père, que je ne m’éloigne jamais de toi, ma seule Grâce depuis ma naissance et même avant !